Le projet

Le projet MONUMEN a pour objectif d’analyser l’émergence et le développement des plus anciennes expressions du monumentalisme architectural en Europe occidentale, qui émergent au Néolithique au milieu du 5e millénaire avant notre ère, à la fois dans le monde des morts (mégalithes) et dans le monde des vivants (enceintes). Pour la première fois, il s’agit de les analyser à l’aide d’une méthodologie innovante, croisant les méthodes traditionnelles de l’archéologie (analyses architecturales et technologique, étude de mobilier, datations radiométriques, études environnementales) et des outils d’analyses et de détection récents et en cours de développement (géophysique, LIDAR, photogrammétrie 3D, traitement bayésien des dates radiométriques). L’ambition est d’étudier une aire géographique clé pour la compréhension des premières architectures monumentales néolithiques – la façade atlantique – par des moyens d’investigation de pointe, employées par nos voisins européens mais qui restent encore sous exploitées en France.

Par une approche systémique, le projet MONUMEN propose d’aborder ces différents sites monumentaux par leurs interactions et complémentarités dans le temps et l’espace, du point de vue technologique (techniques et matériaux de construction, organisation des chantiers de construction…), architectural (plan, orientation des entrées, type d’élévations, présence de pierres dressées, structures périphériques…), économique (confrontation des objets déposés, volume et nature des matières premières investies…) et enfin spatial (implantation topographique, inter-visibilité, impact sur l’environnement…). Il questionnera également leurs conditions d’émergence (datations), leurs fonctions (domestique, funéraire, rituel…) et leurs différentes expressions (révision de la typologie) à une large échelle géographique.


MONUMEN propose d’analyser le rôle de ces sites monumentaux dans la construction des territoires et des identités des premières communautés d’agriculteurs éleveurs ainsi que leur impact environnemental sur le temps long. Il s’interrogera en quoi l’émergence de ces sites reflète une montée des compétitions et des tensions sociales, en pistant les objets économiquement ou socialement valorisés, tels que les haches polies en matériau rare, les poignards ou encore le sel dont on sait aujourd’hui qu’il est exploité au moins dès le 4e millénaire sur le littoral atlantique.





Actualités
Création du site monumen


Suite des actualités lien